Porque Te Vas
(Jeanette)




Porque te vas (lit. Parce que tu pars) est une chanson espagnole composée en 1974 par Jose Luis Perales (éditions Hispa Vox / Polydor).

Interprétée en 1974 par Jeanette, alors âgée de 23 ans, cette chanson connut un succès impressionnant, notamment grâce au film Cría Cuervos de Carlos Saura dont elle fait le générique en 1976. La chanson est basée sur une rythmique reggae ponctuée de cymbales, plus un accompagnement de cuivres (trompettes) qui font de Porque Te Vas une chanson aux arrangements élégants et indémodables. La carrière de Jeanette souffrit de ce succès puisqu’elle demeure célèbre uniquement en tant qu'interprète de ce titre, malgré quelques tentatives d’albums solos (dont Corazon De Poeta en 1992).


Paroles :

Hoy en mi ventana brilla el sol, y el corazón
Se pone triste contemplando la ciudad
Porque que te vas,
Como cada noche desperté pensando en ti
Y en mi reloj todas las horas vi pasar
Porque te vas.

Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás, me olvidarás
Junto a la estación lloraré igual que un niño,
Porque te vas, porque te vas,
Porque te vas, porque te vas...

Bajo la penumbra de un farol
Se dormirán todas las cosas
Que quedaron por decir se dormirán
Junto a las manillas de un reloj esperarán
Todas las horas que quedaron por vivir, esperarán.

Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás, me olvidarás
Junto a la estación lloraré igual que un niño,
Porque te vas, porque te vas,
Porque te vas, porque te vas...




 


Traduction :

Aujourd'hui à ma fenêtre le soleil brille, et mon coeur
S'attriste en contemplant la ville
Parce que tu pars
Comme chaque nuit je me suis éveillé pensant à toi
Et sur ma montre j'ai vu défiler toutes les heures
Parce que tu pars

Toutes les promesses de mon amour s'en iront avec toi
Tu m'oublieras, tu m'oublieras
Près de la gare je pleurerai comme un enfant,
Parce que tu pars (x4)

Sous la pénombre d'un lampadaire
S'endormiront toutes les choses
Qui resteront à dire, s'endormiront
Près des aiguilles d'un réveil attendront
Toutes les heures qui resteront à vivre, elles attendront

Toutes les promesses de mon amour s'en iront avec toi
Tu m'oublieras, tu m'oublieras
Près de la gare je pleurerai comme un enfant,
Parce que tu pars



Retour à la Page "Reprises"




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement